Kencho

Kencho

| Rap serein

      | Terrain de jeu favori : Chambéry
      | Nombre de parties (saison 5) : 12
      | Carte favorite (saison 5) : Trèfle (4/11)
      | Outils : Rap, slam…

      Sa voix se pose comme un bijou sur n’importe quelle musique, même si sa présence tend clairement vers le Rock et le vintage. Il apporte souvent de la sérénité et une présence incroyable à chaque Instant qu’il accompagne. Pour lui qui aime tant échanger, confronter, inventer, l’Instant est un terrain de jeu idéal !

Merci Kencho !

| Souvenir (de l’organisateur)

      | Le premier : À l’Espace Larith, après avoir vécu l’Instant en tant que spectateur, il décide par une carte Cœur de venir proposer une reprise de Bruce Springsteen. Bien posé sur sa chaise, les deux pieds au sol, sans aucun mouvement parasite, l’Instant commence après une introduction de guitare bien conçue. Et dés la première note sortie de sa bouche, l’auditoire est accroché, cousu, soudé, et ce jusqu’à la fin. Une maitrise des nuances et de l’intensité incroyable.
      | Le plus fou : Se faire accompagner par son jeune fils à la danse sur un des plus gros concerts de l’Instant, c’était classe !
      | Le plus beau : Le même Instant qu’au dessus, en précisant que la chanson était la reprise de la chanson phare du film Into The Wild par Eddie Vedder. Un Instant fabuleux, avec des musiciens fabuleux, comme un idéal entre cette chanson et la voix de Kencho. Big Hard Sun. Il brille encore celui là aujourd’hui.
      | Le plus drôle : Concert cinéma l’année suivante, avec Boris pour son duo Canozaké, il monte un petit spectacle autour d’un medley Kalinka. Simon Cholat, alors présentateur, joue un producteur véreux qui cherche une musique pour le prochain Star Wars, il tombe sur deux compositeurs russes qui veulent à tout pris faire Kalinka, proposant alors la chanson sous différentes formes au grand désespoir du producteur.
      | Le scoop : C’est le seul artiste qui médite avant de monter sur scène. Parfois avec un tapis.

| Liens & Médias


Page Facebook de Canozaké