William Darko

William Darko

| Rap serein

      | Terrain de jeu favori : Lyon
      | Nombre de parties (saison 5) : 9
      | Carte favorite (saison 5) : Pique (5/11)
      | Outils : Chant, guitare…

       On est d’abord frappé par sa capacité à se mettre assez vite dans sa bulle, à son rythme, espacant le temps et l’espace comme un danseur. Puis avec une voix toujours bien maitrisé, il commence en douceur des chansons issus de son univers un peu alternatif, un peu dark pop, de Radiohead à The National, jusqu’à étinceler en poussant l’intensité à son extrême : par des schéma progressif, une voix de tête hallucinante, une sincérité frappante. Et étrangement, il est aussi à l’aise dans les défis parfois très loin de son univers, ce qui prouve toute la versatilité de l’artiste. De la personnalité, du lâcher prise, de la spontanéité, de la sincérité. Tout ce qu’il faut pour l’Instant.

Merci William Darko..

| Souvenir (de l’organisateur)

      | Le premier : À Lyon, il fait suite à Skal qui avait décidé de faire sa chanson assis tout prés du public, sans micro en proposant une chanson de Radiohead, lui aussi au seuil du public.
      | Le plus fou : Le triple défi, reprendre du céline Dion avec l’accent ch’ti façon Vincent Delerm. Où c’était peut-être du Britney Spears avec l’accent québecois. Bref, fou.
      | Le plus beau : Pour la première soirée de l’Instant de Grenoble, et malgré des complications de déplacement par train, William fait le voyage depuis Lyon pour accompagner l’Instant. Dans ce flot d’événement, il capte l’émotion pour capter le public bluffé. Avec une reprise du groupe Atoms For Peace, il signe de la grâce ce cœur de la première grenobloise.
      | Le plus drôle : Les défis fou sont souvent très, très drôle. Voir plus haut.
      | Le scoop : William est la version étrangère de son prénom. Et c’est un maître des Gifs.